Non catégorisé

Parcours de jeunes suicidaires et suicidants :

impact des actions et dispositifs de prévention du suicide dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-
Franche-Comté et Centre-Val de Loire - 2019

Actualités

En 2018, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a lancé un appel à recherche afin de mieux connaître les comportements suicidaires des adolescents et jeunes. L'Observatoire régional de la santé du Centre-Val de Loire participe à cette étude.
La Fnors et les ORS de trois régions réalisent dans ce cadre une étude qualitative s’appuyant sur les expériences concrètes et le vécu de jeunes.

La description des objectifs de l’étude, de la méthodologie et du cadre réglementaire sont consultables en cliquant ici.

Nous recherchons, dans le cadre de cette étude, 15 jeunes de 15 à 25 ans pour témoigner de leur expérience, dans le cadre d’un entretien individuel.

Si vous connaissez un(e) jeune concerné(e) pour témoigner de son expérience, merci de contacter  :

Pierre CHALMETON, chargé d’études ORS Centre-Val de Loire
Téléphone : 02 38 74 48 60
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Parcours de jeunes suicidaires et suicidants :
impact des actions et dispositifs de prévention du suicide dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire - 2019

Note d'information générale à destination des tuteurs légaux

Une enquête sur les actions et dispositifs de prévention du suicide chez les jeunes se déroule en ce moment dans la structure qui accompagne votre adolescent. Nous vous présentons ici les informations nécessaires pour comprendre le déroulement de l’étude.

Lisez attentivement cette notice.
Votre participation est libre et volontaire.
Vous pouvez à tout moment y renoncer sans justification.



Présentation et déroulement de l'enquête

Menée dans trois régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire. cette enquête a pour objet d’étudier le parcours de jeunes ayant exprimé des idées suicidaires, des projets de suicide ou ayant effectué des tentatives de suicide, de mesurer l’impact des ressources et des actions de prévention dont ils ont pu bénéficier et de voir dans quelle mesure ces actions ont pu répondre à leurs besoins.

L’enquête est réalisée par entretiens individuels auprès de jeunes de 15-25 ans suivis par des professionnels des champs social, du soin et de la prévention, éducatif et scolaire, de l’insertion et de l’emploi. Elle aborde plusieurs thèmes permettant de comprendre le parcours de chaque jeune : situation passée et actuelle, émergence de la souffrance psychique et des idées suicidaires, soutien et aide reçus de l’entourage (famille, amis, professionnels), éléments protecteurs ou déclencheurs de tentatives de suicides, mesures d’accompagnement.

Afin de faciliter les échanges, l’entretien pourra être enregistré, sous réserve de votre accord. L’enregistrement nous permet de nous concentrer sur les échanges lors des entretiens.



Quels sont vos droits ?

Un traitement informatisé des données personnelles va être mis en œuvre par le promoteur de l’étude. Il a pour seule finalité la réalisation de cette étude et se limite aux données strictement nécessaires et pertinentes au regard de ses objectifs.

L’enquête se déroule sous la responsabilité de Cynthia MORGNY, responsable scientifique de l’étude portée par la Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors) associée au Laboratoire de Neurosciences Cliniques et Intégratives (EA481) de l’Université de Franche-Comté.

Cette étude a fait l’objet d’une déclaration de respect des méthodologies de recherche MR003 auprès de la CNIL pour la Fnors et chacun des ORS participants, ainsi que d’une demande d’avis du comité de protection des personnes.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés modifiée en 2004, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant et d’un droit d’opposition à la transmission de vos données utilisées dans le cadre de cette étude, que vous pouvez exercer auprès de la Fnors.

L’enregistrement pour lequel nous sollicitons votre accord concerne l’entretien avec le chargé d’études de l’ORS. Cet enregistrement fera l’objet d’une seule écoute strictement réservée aux salariés des ORS1 en charge de l’étude, et d’une analyse globale qui sera faite de manière anonyme et confidentielle sans identification possible des lieux ni des personnes éventuellement mentionnés (par exemple en attribuant de nouveaux noms ou prénoms, en citant le type de structure sans nommer précisément l’établissement,…).

Le fichier enregistré sera conservé et traité exclusivement par les trois ORS, sur un serveur informatique sécurisé au sein de la structure, pendant la durée de l’étude. Il sera détruit après la diffusion du rapport, de la synthèse et de tous supports de communication. Les seuls destinataires et utilisateurs des données et des retranscriptions d’entretiens seront les chargés d’études des trois ORS.

Vous avez la possibilité à tout moment de contacter la Fnors pour toute demande d’information complémentaire sur l’étude, sur la participation de votre adolescent ou sur ses données personnelles.
Vous pourrez être informé(e) si vous le souhaitez, des résultats globaux de l’étude et de leur publication. Il vous suffit d’en faire la demande auprès de la Fnors à tout moment.


Vous pouvez adresser vos questions à la Fnors au 01 56 58 52 40 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..


 1 ORS Auvergne-Rhône-Alpes, ORS Bourgogne-Franche-Comté, ORS Centre-Val de Loire.

 

          

Parcours de jeunes suicidaires et suicidants :
impact des actions et dispositifs de prévention du suicide dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire - 2019

Objectif

Cette enquête a pour objet d’étudier le parcours de jeunes ayant exprimé des idées suicidaires, des projets de suicide ou ayant effectué des tentatives de suicide, afin de mesurer l’impact des ressources et des actions de prévention dont ils ont pu bénéficier et de voir dans quelle mesure ces actions ont pu répondre à leurs besoins.

À terme, l’étude permettra de mettre en évidence les moyens les plus efficaces d’effectuer des actions de prévention du suicide auprès des jeunes, d’améliorer les dispositifs existants et d’envisager de nouvelles modalités de prévention. L’enquête aborde plusieurs thèmes permettant de comprendre le parcours de chaque jeune : situation passée et actuelle, émergence de la souffrance psychique et des idées suicidaires, soutien et aide reçus de l’entourage (famille, amis, professionnels), éléments protecteurs ou déclencheurs de tentatives de suicides, mesures d’accompagnement.

Si vous connaissez un(e) jeune concerné(e) qui pourrait témoigner de son expérience, merci de contacter :



Pierre CHALMETON, chargé d’études ORS Centre-Val de Loire

Téléphone : 02 38 74 48 60
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Vous pouvez également adresser vos questions à la Fnors
au 01 56 58 52 40 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Public concerné

L’enquête est réalisée par entretiens individuels auprès de 15 jeunes dans chaque région, soit 45 jeunes au total.

Les entretiens sont réalisés en face-à-face, avec des jeunes de 15 à 25 ans.

    Ces derniers ont :
  • soit déjà réalisé une tentative de suicide (datée de 6 mois ou plus) ;
  • soit été repéré par des professionnels comme ayant exprimé des idées suicidaires, un projet de suicide, ou adopté certaines conduites à risque s’apparentant à des « équivalents suicidaires ».

Ces jeunes ont été suivis ou sont encore suivis actuellement par des professionnels des champs social, du soin et de la prévention, éducatif et scolaire, de l’insertion et de l’emploi… Ces derniers entreront en contact avec les jeunes pour leur proposer de participer à cette étude en témoignant de leur expérience.


Déroulement de l'enquête et des entretiens

L’enquête auprès des jeunes se déroule du 9 février 2019 au 30 septembre 2019. Les entretiens sont réalisés en face-à-face par un(e) chargé(e) d’études, dans un lieu à définir au cas par cas avec l’intermédiaire professionnel, le jeune ou ses représentants légaux (lieu d’accompagnement du professionnel, domicile personnel ou familial, lieu neutre extérieur…). Afin de faciliter les échanges, l’entretien pourra être enregistré, sous réserve de l’accord du jeune, et si celui-ci est mineur de ses responsables légaux. Cet enregistrement fera l’objet d’une seule écoute strictement réservée aux salariés des ORS en charge de l’étude, et d’une analyse globale qui sera faite de manière anonyme et confidentielle sans identification possible des lieux ni des personnes éventuellement mentionnées (par exemple en attribuant de nouveaux noms ou prénoms, en citant le type de structure sans nommer précisément l’établissement…).
Lors du recrutement, les jeunes seront informés des objectifs de l’étude, des modalités d’accès à l’information, du droit de rectification, des conditions de l’entretien (enregistrement, durée de conservation, anonymat). Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter la note d’informations relative à cette étude (cliquez ici).
Consultez également la note d'information à destination des tuteurs légaux en cliquant ici.

Pour la région Centre-Val de Loire, le chargé d’études réalisant les entretiens est Pierre Chalmeton, sociologue.



Contexte

En 2018, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a lancé un appel à recherche afin de mieux connaître les comportements suicidaires des adolescents et jeunes. La Fnors et les ORS de trois régions réalisent dans ce cadre une étude qualitative s’appuyant sur les expériences concrètes et le vécu de jeunes de 15 à 25 ans.
L’enquête se déroule sous la responsabilité de Cynthia MORGNY, responsable scientifique de l’étude portée par la Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors) associée au Laboratoire de Neurosciences Cliniques et Intégratives (EA481) de l’Université de Franche-Comté.
Cette étude a fait l’objet d’une déclaration de respect des méthodologies de référence MR003 auprès de la CNIL pour la Fnors et chacun des ORS participants, ainsi que d’une demande d’avis du comité de protection des personnes.
Pour l’ORS Centre-Val de Loire, le numéro d’enregistrement de cette déclaration est le 2210501.



Parcours de jeunes suicidaires et suicidants :
impact des actions et dispositifs de prévention du suicide dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire - 2019

Note d'information générale

Une enquête sur les actions et dispositifs de prévention du suicide chez les jeunes se déroule en ce moment dans la structure qui vous accompagne. Nous vous présentons ici les informations nécessaires pour comprendre le déroulement de l’étude.

Lisez attentivement cette notice.
Votre participation est libre et volontaire.
Vous pouvez à tout moment y renoncer sans justification.



Présentation et déroulement de l'enquête

Menée dans trois régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire. cette enquête a pour objet d’étudier le parcours de jeunes ayant exprimé des idées suicidaires, des projets de suicide ou ayant effectué des tentatives de suicide, de mesurer l’impact des ressources et des actions de prévention dont ils ont pu bénéficier et de voir dans quelle mesure ces actions ont pu répondre à leurs besoins.

L’enquête est réalisée par entretiens individuels auprès de jeunes de 15-25 ans suivis par des professionnels des champs social, du soin et de la prévention, éducatif et scolaire, de l’insertion et de l’emploi. Elle aborde plusieurs thèmes permettant de comprendre le parcours de chaque jeune : situation passée et actuelle, émergence de la souffrance psychique et des idées suicidaires, soutien et aide reçus de l’entourage (famille, amis, professionnels), éléments protecteurs ou déclencheurs de tentatives de suicides, mesures d’accompagnement.

Afin de faciliter les échanges, l’entretien pourra être enregistré, sous réserve de votre accord. L’enregistrement nous permet de nous concentrer sur les échanges lors des entretiens.



Quels sont vos droits ?

Un traitement informatisé des données personnelles va être mis en œuvre par le promoteur de l’étude. Il a pour seule finalité la réalisation de cette étude et se limite aux données strictement nécessaires et pertinentes au regard de ses objectifs.

L’enquête se déroule sous la responsabilité de Cynthia MORGNY, responsable scientifique de l’étude portée par la Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors) associée au Laboratoire de Neurosciences Cliniques et Intégratives (EA481) de l’Université de Franche-Comté.

Cette étude a fait l’objet d’une déclaration de respect des méthodologies de recherche MR003 auprès de la CNIL pour la Fnors et chacun des ORS participants, ainsi que d’une demande d’avis du comité de protection des personnes.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés modifiée en 2004, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant et d’un droit d’opposition à la transmission de vos données utilisées dans le cadre de cette étude, que vous pouvez exercer auprès de la Fnors.

L’enregistrement pour lequel nous sollicitons votre accord concerne l’entretien avec le chargé d’études de l’ORS. Cet enregistrement fera l’objet d’une seule écoute strictement réservée aux salariés des ORS1 en charge de l’étude, et d’une analyse globale qui sera faite de manière anonyme et confidentielle sans identification possible des lieux ni des personnes éventuellement mentionnés (par exemple en attribuant de nouveaux noms ou prénoms, en citant le type de structure sans nommer précisément l’établissement,…).

Le fichier enregistré sera conservé et traité exclusivement par les trois ORS, sur un serveur informatique sécurisé au sein de la structure, pendant la durée de l’étude. Il sera détruit après la diffusion du rapport, de la synthèse et de tous supports de communication. Les seuls destinataires et utilisateurs des données et des retranscriptions d’entretiens seront les chargés d’études des trois ORS.

Vous avez la possibilité à tout moment de contacter la Fnors pour toute demande d’information complémentaire sur l’étude, sur votre participation ou sur vos données personnelles.
Vous pourrez être informé(e) si vous le souhaitez, des résultats globaux de l’étude et de leur publication. Il vous suffit d’en faire la demande auprès de la Fnors à tout moment.


Vous pouvez adresser vos questions à la Fnors au 01 56 58 52 40 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..


 1 ORS Auvergne-Rhône-Alpes, ORS Bourgogne-Franche-Comté, ORS Centre-Val de Loire.

 

Interview : Parcours de santé des personnes en situation de handicap en Centre-Val de Loire

Interview de Bernadette Maillet, directrice de l'offre médico-sociale du Centre-Val de Loire.

ORS: Pourquoi avoir commandité cette étude ?

Quand l’ARS sollicite l’ORS et le CREAI mi 2016 pour une étude relative au parcours de santé des personnes en situation de handicap dans la région Centre-Val de Loire, le terme de parcours est déjà largement utilisé dans les politiques publiques.
Après la charte Romain Jacob signée en juin 2016 par plus de 60 représentants du monde associatif et institutionnel en région Centre-Val de Loire et le rapport Piveteau qui donnera lieu aux textes de la démarche Réponse Accompagnée Pour Tous à déployer au 1er janvier 2018, nous savons que la notion de parcours constitue une nouvelle façon de penser l’intervention auprès des personnes en difficulté (en raison de la maladie, du handicap, de l’âge, des difficultés économique et sociales).
Réfléchir en terme de processus, dynamique et continu, en terme de réponses à des besoins diversifiés des individus, renvoie aux travaux du PRS 2 qui couvrent la même période. Le PRS est le moment de faire des transformations profondes dont les effets se verront à moyen et long terme, de poser une ambition interinstitutionnelle forte (ARS – Conseils départementaux – MDPH – Education Nationale – Organismes de protection sociale – Secteur sanitaire, ambulatoire, médico-social et social), de relations constructives et exigeantes pour décliner des politiques publiques au service des personnes les plus fragiles.
D’où cette étude, aiguillon pour améliorer les parcours chaotiques des personnes handicapées.



ORS : Quels sont les faits marquants de cette étude selon vous ?

Le rapport est constitué de deux grandes parties. La première partie porte sur l’intégralité des parcours (dans les établissements sanitaires et les ESMS, auprès des professionnels libéraux, services de soins à domicile). La seconde réalise un focus sur les urgences.

Dans le premier volet, il y a quelques phrases chocs comme « quand on découvre une tumeur sur une personne valide, elle fait 3 mm, sur une personne handicapée, 4 cm ».

Mais aussi des situations comme le refus de soins chez des professionnels kiné libéraux mais aussi l’insuffisance de suivi médical interne à la structure ESMS ou le manque de formations et de connaissances en matière de santé des professionnels éducatifs et sociaux ; manque aussi de connaissance du secteur médico-social dans les formations de médecins ou d’infirmiers (1h sur 3 ans d’études).

Dans le second volet sur les urgences, j’ai retenu le propos «plus on est handicapé, plus on doit passer aux urgences » et le « je l’envoie aux urgences je n’arrive pas avoir un RDV avec le spécialiste ». Même s’il y a peu de passage des PSH aux urgences.

L’existence de référents dans certains établissements sociaux, l’association des accompagnants naturels, la priorisation à l’attente des personnes handicapées … autant de mesures pragmatiques à relever.

ORS : Quels sont les projets qui découlent ou découleront de ces résultats ?

Il s’agit là aussi d’une collaboration forte avec le secteur sanitaire :

- C’est avant tout le Programme Régional de Santé et l’objectif opérationnel sur le parcours de santé des personnes en situation de handicap. Les préconisations du rapport ORS/CREAI sont reprises :

  • Assurer la prévention primaire et le dépistage précoce
  • Renforcer les formations des personnels de tous les secteurs quant à une meilleure connaissance du handicap…
  • Assurer l’accompagnement adapté avec les partenaires et en ce sens, les contrats locaux de santé sont à valoriser
  • Faire un usage optimal de la télémédecine.

- C’est aussi le plan régional pour renforcer l’accès territorial aux soins. Là encore les CLS ont toute leur place pour Co-construire un projet d’animation et d’aménagement du territoire pour les professionnels de santé, les usagers des institutions et les élus des territoires :

  • Favoriser l’organisation des professionnels de santé pour assurer des soins coordonnés (65 Maisons de Santé Pluridisciplinaire) et fonctions d’appui et réponse accompagnée
  • Résolution numérique
  • Accroître le temps médical et soignant

Lettre d'information de l' ORS Centre-Val de Loire