Votre navigateur ne supporte pas les fichiers SVG !

Enquête descriptive sur les patients accueillis dans les structures de soin en alcoologie d’Eure-et-Loir : un après la cure

Auteur principal

Hardouin Jean-Benoit

Télécharger
Autres auteurs Boin Muriel, Mounier E., Le Houérou I.
Date Décembre 2004
Commanditaire Association pour le Développement de l'Alcoologie en Eure-et-Loir (ADAEL)

Cliquez sur la couverture pour télécharger la publication en PDF.

Résumé

L'Association pour le Développement de l'Alcoologie en Eure-et-Loir (ADAEL) a mené une étude prospective sur 272 patients venant en cure d'alcoologie avec un suivi post-cure de 12 à 18 mois. Environ la moitié des patients ont été revus un an après la cure.

A cette date, 31% des personnes sont abstinentes, 6% en réalcoolisation contrôlée et 14% en réalcoolisation incontrôlée.

L’effet de la cure sur l’état clinique apparaît très bénéfique et perdure dans le temps. De même les scores de qualité de vie s’améliorent au cours de la cure, et restent plus élévés à l’issue de celle-ci.

Aucune différence n’est apparue sur le taux d’abstinence en fonction des profils de patients : jeunes gens aux tendances addictives prononcées, patients au pronostic favorable, hommes âgés en bonne santé et à la situation sociale favorable, femmes en difficulté sociale, patients en mauvaise santé mais au bon pronostic.

En outre, le protocole d’étude n’a pas mis en évidence l’influence du centre de cure, et donc de la thérapie reçue, sur le devenir à long terme des patients : en effet, le recrutement non randomisé des patients dans les différents centres ne permet pas de tester pour chaque type de patients la thérapie la plus efficace. Certains types de patients sont très peu représentés dans certains centres, en raison de la diversité des recrutements selon les lieux.

Néanmoins, les résultats montrent que les patients qui ne vivent pas seuls, qui présentent des troubles anxieux, ou qui fréquentent un mouvement d'anciens buveurs ont un devenir globalement plus positif que les autres. A l'inverse, les patients nécessitant un suivi psychiatrique ou psychothérapiques et les patients peu satisfaits de leur situation relationnelle, ont plus de difficultés à moyen terme, pour améliorer leur situation vis-à-vis de l'alcool. En outre, le pronostic subjectif du praticien semble un bon indicateur des chances du patients.

Un score pronostic pouvant être établi dès la sortie de la cure est proposé. Ce score permet de retrouver 80% des patients abstinents et 83% des patients en réalcoolisation incontrôlée à un an. Ce score doit cependant être ajusté et validé à plus grande échelle, avant de pouvoir devenir un instrument pronostic fiable. Son avantage est de pouvoir cibler des patients à haut risque, afin de renforcer pour ceux-ci le suivi post-cure, et donc de mieux répartir les ressources financières et humaines sur les patients en plus grande difficulté face à l’alcool.

Bulletin d'adhésion
à l'ORS Centre-Val de Loire

Plaquette d'information
de l'ORS Centre-Val de Loire
Projet associatif
de l'ORS Centre-Val de Loire

Lettre d'information de l' ORS Centre-Val de Loire

Contact | Mentions légales | Plan du site

Code HTML5 Valide! CSS Valide!